Follow:
Moi mais pas que...

Je ne vole pas, je cours…

Du sport, j’en ai toujours fait… avec plus ou moins de persévérance…

Ça a commencé par la danse. Mais attention pas la danse classique, non, non, non, de la danse moderne du genre « Flashdance » ! Sauf qu’il faut bien l’avouer, je suis aussi souple qu’un pied de lampe et il m’aurait fallu 15 heures d’assouplissements supplémentaires par séance pour être niveau des autres !

Je suis donc passée à l’équitation. J’aimais bien l’équitation. Mais est-ce réellement un sport ? N’est-ce pas plutôt un loisir ? Pour ma part, je pense que si… Et puis il faut bien le dire, ça coûte cher l’équitation. Je me suis donc mise au cyclisme, ou plutôt au cyclotourisme. J’aimais bien les descentes, mais avant les descentes, y a les montées, et les montées, c’était pas mon truc : c’est trop dur, ça fait trop mal ! J’ai arrêté le cyclotourisme.

Je me suis alors inscrite dans un club de tennis. J’en ai fait durant 4 ans et j’aimais vraiment ça. Je n’avais pas l’impression de faire du sport (du reste on dit « jouer au tennis ») et pourtant lorsqu’on est sur le terrain, on fait du sport tout en s’amusant. Jusqu’au jour où mon moniteur m’a dit que si je voulais gagner en puissance pour mon service, il fallait que je me mette à la musculation ! Alors j’ai arrêté le tennis… Et je n’ai plus fait de sport…

Jusqu’au jour où préparant mon mariage et étant stressée et fatiguée, je suis allée voir mon médecin, qui m’a posé cette question tout bête : « vous faites du sport ? » Ben non (quel rapport ?). Et là il m’a dit de m’y remettre, que ça me défoulerait et que je stresserais moins. Ça m’a plu et j’ai réfléchi : quel sport pouvais-je faire ? Je voulais un sport facile d’accès (en gros en bas de chez moi), ne nécessitant pas un équipement sophistiqué (qui aurait coûté les yeux de la tête) et sans qu’il y ait un apprentissage long et décourageant (qui m’aurait fait abandonné au bout de 3 mois)… La course (ou le jogging ou le running comme vous préférez) était toute trouvée !

Je me suis achetée une bonne paire de running et je suis partie. Cela fait désormais une bonne dizaine d’années que je cours, plus ou moins régulièrement. Mais j’y reviens toujours… J’ai beau dire ne pas aimer ça, finalement j’y prends goût et je dois reconnaître que courir me fait du bien… Pas spécialement physiquement (vu ce que je cours, ça ne me fait pas maigrir, ni me muscler), mais psychologiquement. Lorsque je cours, au début je pense à mille choses et puis au fur et à mesure des foulées, ma tête se vide, mon esprit s’évade, je retrouve ma sérennité et il n’y a plus que les foulées et la musique qui compte… Et quand on sait tout ce qui se bouscule dans ma tête, je peux vous dire que la vider, ne serait-ce qu’une fois par semaine, ça n’a pas de prix !

Partager :
Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi

error: Content is protected !!