Follow:
Moi mais pas que...

Douceur de vivre…

Il arrive parfois que les souvenirs remontent à la surface, sans qu’on sache trop pourquoi…

L’autre jour, j’ai eu une envie subite de tarte au sucre, telle que la faisait ma grand-mère lorsque j’étais petite…

Ma grand-mère vivait en grande banlieue dans une maison avec jardin. Pour moi, la Parisienne habituée à un appartement dit « social » dans un quartier par vraiment huppé de la capitale, lorsqu’on allait la voir c’était comme partir à la campagne ! Le trajet en voiture était déjà une expédition en soi. Je me souviens surtout du retour, lorsque nous demandions à mon père de passer par « le petit chemin », bien plus long mais tellement plus agréable pour rentrer… Une fois chez ma grand-mère, c’était le paradis ! Un jardin qui semblait immense, un bac à sable, des recoins partout avec mille souvenirs, des « monstres » à affronter (comme des araignées immenses ou des guêpes tueuses…!), des roses à foison, des cerises, des noisettes…

J’aimais tellement ma grand-mère, que passer mes vacances chez elle ne me dérangeait pas le moins du monde… On écoutait « Stop ou encore » ou une autre émission avec des chansons sur RTL, on notait la valise sur le 1er bout de papier qui nous tombait sous la main. Ma grand-mère adorait chanter et la radio était toujours allumée, je tiens d’elle pour ça. Ce n’est du reste pas notre seul point commun. Elle sortait toujours habillée, maquillée et coiffée et était une adepte d’Yves Rocher dont j’adorais feuilleter le catalogue. Elle avait la manie des chaussures et des sacs (tiens tiens…), elle devait bien en avoir des dizaines et des dizaines dans chaque placard. Elle conservait précieusement les sacs plastiques et autres papiers cadeau, « parce qu’on ne sait jamais, ça peut servir… ».

Lorsque j’étais en vacances chez elle, je ne m’ennuyais jamais. Toute petite, le bac à sable n’était pas qu’un simple bac à sable, que nenni ! C’était une cuisine avec un four dans lequel je préparais de bons petits plats pour ma grand-mère, qui se régalait toujours. Plus tard, je lui mimais Madonna dans « Like a virgin » dans le couloir de l’entrée, aussi sérieuse l’une que l’autre. On piquait des fous rire à n’en plus finir et on parlait des heures le soir dans son lit avant de s’endormir…

Et surtout elle me gâtait en me préparant tout ce que je pouvais aimer : tarte au sucre (attention la version ardennaise…), pommes de terre en paillasson ou sautées à la pôele, mais mes préférées étaient des pommes de terres cuites (très cuites), qu’on écrasait et dans lesquelles on mettait du râpé… Ma grand-mère avait sa façon à elle de manger le chocolat : elle prenait un carré de chocolat et une noisette du jardin en même temps !

Bien sûr elle me manque tous les jours… Et lorsque je mange une tarte au sucre (chez Paul j’en prends toujours une en dessert), je pense toujours à elle. Celle que j’ai faite n’est pas aussi bonne que les siennes, je crois que je peux même dire qu’elle est ratée car elle n’a pas vraiment levée (Maman j’ai du louper une étape !), mais le goût et l’odeur sont là… Et les souvenirs qui vont avec…

Vous trouverez ici la recette de tarte au sucre ardennaise…

Partager :
Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi

error: Content is protected !!