Follow:
Moi mais pas que...

Douceur de vivre…

Il arrive parfois que les souvenirs remontent à la surface, sans qu’on sache trop pourquoi…

L’autre jour, j’ai eu une envie subite de tarte au sucre, telle que la faisait ma grand-mère lorsque j’étais petite…

Ma grand-mère vivait en grande banlieue dans une maison avec jardin. Pour moi, la Parisienne habituée à un appartement dit « social » dans un quartier par vraiment huppé de la capitale, lorsqu’on allait la voir c’était comme partir à la campagne ! Le trajet en voiture était déjà une expédition en soi. Je me souviens surtout du retour, lorsque nous demandions à mon père de passer par « le petit chemin », bien plus long mais tellement plus agréable pour rentrer… Une fois chez ma grand-mère, c’était le paradis ! Un jardin qui semblait immense, un bac à sable, des recoins partout avec mille souvenirs, des « monstres » à affronter (comme des araignées immenses ou des guêpes tueuses…!), des roses à foison, des cerises, des noisettes…

J’aimais tellement ma grand-mère, que passer mes vacances chez elle ne me dérangeait pas le moins du monde… On écoutait « Stop ou encore » ou une autre émission avec des chansons sur RTL, on notait la valise sur le 1er bout de papier qui nous tombait sous la main. Ma grand-mère adorait chanter et la radio était toujours allumée, je tiens d’elle pour ça. Ce n’est du reste pas notre seul point commun. Elle sortait toujours habillée, maquillée et coiffée et était une adepte d’Yves Rocher dont j’adorais feuilleter le catalogue. Elle avait la manie des chaussures et des sacs (tiens tiens…), elle devait bien en avoir des dizaines et des dizaines dans chaque placard. Elle conservait précieusement les sacs plastiques et autres papiers cadeau, « parce qu’on ne sait jamais, ça peut servir… ».

Lorsque j’étais en vacances chez elle, je ne m’ennuyais jamais. Toute petite, le bac à sable n’était pas qu’un simple bac à sable, que nenni ! C’était une cuisine avec un four dans lequel je préparais de bons petits plats pour ma grand-mère, qui se régalait toujours. Plus tard, je lui mimais Madonna dans « Like a virgin » dans le couloir de l’entrée, aussi sérieuse l’une que l’autre. On piquait des fous rire à n’en plus finir et on parlait des heures le soir dans son lit avant de s’endormir…

Et surtout elle me gâtait en me préparant tout ce que je pouvais aimer : tarte au sucre (attention la version ardennaise…), pommes de terre en paillasson ou sautées à la pôele, mais mes préférées étaient des pommes de terres cuites (très cuites), qu’on écrasait et dans lesquelles on mettait du râpé… Ma grand-mère avait sa façon à elle de manger le chocolat : elle prenait un carré de chocolat et une noisette du jardin en même temps !

Bien sûr elle me manque tous les jours… Et lorsque je mange une tarte au sucre (chez Paul j’en prends toujours une en dessert), je pense toujours à elle. Celle que j’ai faite n’est pas aussi bonne que les siennes, je crois que je peux même dire qu’elle est ratée car elle n’a pas vraiment levée (Maman j’ai du louper une étape !), mais le goût et l’odeur sont là… Et les souvenirs qui vont avec…

Vous trouverez ici la recette de tarte au sucre ardennaise…

Partager :
Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi

10 Commentaires

  • Répondre Marjorie

    Merci pour cet instant de pur bonheur….j’aurais lu encore des paragraphes entiers !
    Qu’y a t-il de plus précieux que ces souvenirs d’enfance partagés avec des êtres chers ?
    Rien. Surtout quand ils ne sont plus là pour en créer d’autres… on se rattache avec nostalgie à des senteurs, si particulières pour nous, et si anodines pour la plupart des gens.
    Pour moi, c’est le gâteau roulé au chocolat unique de ma grand mère…les fous rires avec ses erreurs de langage en français (C’est Colombo qui a découvert l’Amérique pour mamie ;)..), et chercher le charbon à la cave en sa compagnie qui relevait plus de l’expédition dangereuse pour moi que d’une corvée ménagère !

    Merci Titite pour m’avoir fait replonger avec plaisir dans mes souvenirs avec ma mamie

    3 juin 2009 at 22 h 01 min
  • Répondre Cl@ire alias Chanchan

    C’est ce que l’on appelle la madeleine de Proust. A quelques années et détails près, j’ai vécu et ressenti les mêmes émotions que toi quand j’allais chez Mémé.
    Pour ma part, c’était pendant les vacances avec les parents, quand papa avait été cherché le pain pour le petit dèj. Le goût de la baguette fraîche tartinée de beurre salé et trempée dans le chocolat chaud. Avec l’odeur du journal, voilà ma madeleine à moi.

    3 juin 2009 at 22 h 01 min
  • Répondre Véro

    Ne jamais oublié ces moments et y penser plus souvent…
    Moi aussi ma mamie était une adepte de « stop ou encore » et nous dancions bien souvent dans la cuisine, elle avait pour passion les tubes de Sardou et passait son temps à chanter à tue tête. Ce que j’aimais chez la mienne c’était qu’elle était toujours prête à pousser les meubles pour faire la fête !
    Et puis il y avait l’été, l’attente de la camionnette du glacier qui klaxonnait en passant dans la rue et moi ma pièce bien serrée dans la main je lui courrais après de peur qu’il ne s’arrete pas comme tous les enfants du quartier pour avoir mon petit pot de crème vanille fraise et sa petite cuillère qui terminait dans ma dinette…
    L’enfance et ses moments magiques…

    Merci Titite

    4 juin 2009 at 10 h 37 min
  • Répondre Véro

    La nostalgie m’en a fait perdre l’ortographe, la honte pour ces fautes énormissimes, prendre le temps de se relire essentiel pour certains rarissime pour moi… faudrait que je change de méthode!

    4 juin 2009 at 10 h 41 min
  • Répondre L@ure

    Je suis heureuse que ce billet vous fasse réagir et replonger dans vos souvenirs… ce sont des moments précieux que l’on apprécie réellement bien plus tard… parfois trop tard…
    (et vous êtes trop mignonnes, pour certaines, à m’appeler par mon pseudo… ça veut dire que désormais ce n’est plus un pseudo mais bel et bien un surnom…)

    Et bien sûr je ne vous raconte les larmes qui ont coulé en écrivant ce billet et en lisant vos commentaires…

    4 juin 2009 at 11 h 19 min
  • Répondre titi

    Peu importe si la tarte est ratée ou pas…. seul compte ces petits instants qui font remonter le temps… Seul compte ces petits détails qui font que cela perdure pendant longtemps…. Seul compte ces petites pensées pour dire que rien est oublié…. finalement tout compte… simplement…

    :-))))

    PS : hééééééééééé… les filles…. « titite », c’est ma propriété ! :-))) voila

    4 juin 2009 at 14 h 04 min
  • Répondre Dave

    J’ai les même souvenirs de « Stop ou encore » et de « La Valise » sur RTL des WE dans le Berry et des vacances chez mémé :))
    Et le retour triste du dimanche soir avant la reprise de l’école le lendemain.
    La madeleine de Proust effectivement…

    En tout cas ta tarte au sucre me donne la dalle là !

    5 juin 2009 at 10 h 21 min
  • Répondre Pat

    Comme dit Marjorie, merci de partager avec nous ce moment de pur bonheur.
    J’en ai eu les larmes aux yeux… Pas parce que ça me rappelait de bons souvenirs, mais parce que je me suis dit que j’aurais adoré vivre des moments comme ça avec ma ou mes grands-mères. Ton récit est si précis et vivant que je t’ai vue avec ta grand-mère et j’ai pu toucher du doigt ce bonheur si simple et pourtant si intense.
    Bravo pour ce billet !

    5 juin 2009 at 18 h 00 min
  • Répondre Maman

    la mémé de titite était ma maman : c’est vrai que les larmes montent très vite aux yeux en lisant tous ces souvenirs, mais celà prouve que vous êtes toutes et tous des êtres sensibles et pour cela merci d’être ce que vous êtes : et surtout ne changez pas c’est ce qui fait votre charme.

    6 juin 2009 at 18 h 42 min
  • Répondre vivie

    Bon voilà moi aussi les larmes arrivent. Que de bons souvenirs !

    La tarte au sucre trop bonne, et je suis preneuse de la recette.

    Heureusement que mémé à transmis son don culinaire à maman car moi le plat préféré que me faisait mémé c’était le boeuf bourguignon (les pommes de terre dans la sauce quand on revient de l’hôpital, hôpital où je voyais ce pavillon de la campagne et ce met délicieux qui s’y préparait…) et maintenant j’y ai droit quand je vais à Gatteville. Et c’est ce que je préfère cuisiner aussi comme quoi !

    Et je suis très heureuse aussi de voir mes p’tits gars aimer les chouquettes que je dévorais chez mon autre grand mère mamie…

    8 juin 2009 at 15 h 25 min
  • Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.