Follow:
Culture

[J’ai lu] Le conflit – la femme et la mère d’Elisabeth Badinter

Alors voilà ça y est ! J’ai fini de lire « Le conflit – la femme et la mère » d’Elisabeth Badinter…

 En fait avant de rédiger ce billet, j’ai cherché un peu sur le net et j’ai découvert que son livre avait créé une vraie polémique. J’en suis la 1ère surprise !

Dans son livre, E. Badinter aborde tous les sujets liés à la maternité. A aucun moment elle ne prône tel ou tel comportement (ou alors j’ai vraiment rien compris)… Le livre est divisé en 3 parties : la première est consacrée à l’ambivalence de la maternité, dans la seconde, elle s’attarde sur le retour en force du naturalisme (partie un peu trop longue à mon goût, surtout que la France n’est pas « trop » concernée) et dans la dernière partie, elle énumère les différentes tendances féminines et l’augmentation de femmes refusant la maternité, et elle termine par le cas des Françaises…

Elle reconnaît que la maternité n’est pas nécessairement quelque chose qui va de soi pour toutes les femmes… Elle dit tout haut ce que certaines mères pensent tout bas… En fait ce que souhaite E. Badinter, c’est que chaque femme ait le choix : le choix de choisir d’être mère… ou pas, le choix d’allaiter son enfant… ou pas, le choix de rester à la maison pour l’élever… ou pas. Elle ne souhaite pas que la pression sociale enferme les femmes dans tel ou tel comportement. Elle ne souhaite pas qu’une femme qui décide de ne pas faire d’enfant soit considérée comme une moitié de femme parce que « non mère ». Elle ne souhaite pas qu’une femme qui décide de donner le biberon son enfant et de reprendre le travail soit considérée comme une « mauvaise » mère par la société…

Bien sûr ce livre m’a touchée. Forcément… Il m’a aussi déculpabilisée, c’est très difficile à expliquer car mon cas n’est pas vraiment « exposé » dans le livre… Mais ça m’a fait du bien de le lire, de voir que la maternité n’était pas « tout rose » (en effet on a tendance à « idéaliser » beaucoup ce qu’on ne connaît pas), que certaines femmes pouvaient regretter leur choix, que celles qui avaient choisi de ne pas être mère étaient parfaitement heureuses comme ça…

Alors je ne suis pas critique littéraire (et je ne compte pas le devenir), mais je conseille la lecture de ce livre à toutes les femmes, mères ou pas mères… Et même aux hommes tiens ! ^_^

Partager :
Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi

8 Commentaires

  • Répondre Sophie

    Je compte bien le lire… le sujet est complexe et soulève les passions! Reste plus qu’à trouver un peu de temps ;-)
    Bizzzz

    10 avril 2010 at 19 h 52 min
  • Répondre Carlota

    je sais ce qu’il me reste à faire : l’acheter !!

    12 avril 2010 at 14 h 04 min
  • Répondre L@ure

    @ Sophie : je suis certaine que Nina va t’en laisser volontiers… ;-)

    @ Carlota : ah je croyais que tu l’avais déjà…

    12 avril 2010 at 15 h 09 min
  • Répondre carole

    Donc globalement, elle reste neutre… elle expose les différentes situations mais ne tranche pas vraiment…
    En effet, il n’est pas évident d’affirmer ses choix dans une société où si t’es pas dans le moule, tu es hors cadre. Il faut être en couple pour avoir des enfants, c’est mieux si on est marié… Si tu es enceinte, faut surtout pas dire que tu n’aimes pas l’être, car « la maternité c’est la plus belle chose qui soit au monde », oui mais ça fait mal et ça laisse des traces… Si tu ne veux pas d’enfant, on te regarde comme si tu venais de Mars et on te traite d’égoïste… bref… je pourrais faire des lignes et des lignes sur le sujet…..

    Bises, on attend le prochain billet « culture » !
    Carole

    13 avril 2010 at 7 h 30 min
  • Répondre L@ure

    @ Carole : je pense que son but n’était pas de trancher… mais de constater. Tu as tout à fait bien résumer le constat de notre époque… Je pourrais même rajouter que lorsque tu ne peux pas avoir d’enfants mais que tu ne veux pas adopter, on te regarde également bizarrement…

    Oh well !

    13 avril 2010 at 9 h 21 min
  • Répondre Cl@ire alias Chanchan

    Moi je dis les 5 lettres à tous ceux qui jugent sans savoir….Mais le constat est le suivant : c’est dure d’être une femme, une mère, une soeur, une grand-mère, une amie, une voisine ou encore une collègue parfaite, sutout aux yeux de cette société très moralisatrice !

    15 avril 2010 at 20 h 54 min
  • Répondre ally

    oh c’est une chouette découverte. le sujet m’intéresse. Merci ! (oui je fouille dans tes vieux posts ;) )

    14 août 2013 at 13 h 35 min
    • Répondre L@ure

      Ah oui je confirme que tu remontes très loin dans les posts ;-)

      14 août 2013 at 15 h 19 min

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.